MA DEMARCHE ARTISTIQUE

 

MA DEMARCHE

A 33 ans, je suis passé au numérique et à la post-production logicielle. J’ai pratiqué et je pratique encore beaucoup de techniques différentes : paysage, macro, nature, stéréophotographie… Depuis les années 2000, ma pratique photo accorde une place plus grande à la féminité et prend les allures immodestes d’une démarche photographique…
Par le portrait, par les silhouettes, par le nu artistique, par le traitement du corps, je m’oriente vers une traque de la féminité à travers l’exploration de l’intimité. Une intimité approchée par le dévoilement du corps ou des émotions, par le dévoilement d’une féminité omniprésente, dans la jeunesse ou le vieillissement, dans les poses décalées et les visages grimaçants, dans les imperfections ou les maladresses du modèle, ou même dans un modèle masculin.

 

LE PROJET

Plusieurs projets sont menés de front. Ce sont d’ailleurs moins des projets que des pistes de travail assez générales. Suffisamment floues pour ne pas contraindre le modèle, suffisamment larges pour le laisser respirer, l’inspiration du modèle est essentielle à mes séances. L’un des projets concerne le portrait nu inspiré des portraitistes hollandais et flamands du 15° siècle. On imagine des modèles à la peau plutôt claire… mais est-ce impératif ? Dans ce travail, nous recherchons avec le modèle cette douce gravité, cette sagesse contrainte que je perçois devant les tableaux de Van Eyck. Un prolongement de ce travail consiste à explorer tous les décalages possibles entre les poses demandées, et des expressions surprenantes, expression du visage ou de la nudité. Un autre projet est un travail avec de grandes ouvertures du diaphragme, une abstraction du corps par le flou de profondeur de champ, une exploration des courbes par la construction de l’image et par le jeu des focales. Travail combiné à une approche du modèle comme objet organique brut, par l’enchevêtrement des membres, par les torsions et les modifications des axes corporels. Un travail d’autant plus intéressant qu’il est réalisé par des modèles plus ou moins souples, et de morphologies très diverses.

 
 

 

LE NU

Plusieurs projets sont menés de front. Ce sont d’ailleurs moins des projets que des pistes de travail assez générales. Suffisamment floues pour ne pas contraindre le modèle, suffisamment larges pour le laisser respirer, l’inspiration du modèle est essentielle à mes séances.

L’un des projets concerne le portrait nu inspiré des portraitistes hollandais et flamands du 15° siècle. On imagine des modèles à la peau plutôt claire… mais est-ce impératif ? Dans ce travail, nous recherchons avec le modèle cette douce gravité, cette sagesse contrainte que je perçois devant les tableaux de Van Eyck. Un prolongement de ce travail consiste à explorer tous les décalages possibles entre les poses demandées, et des expressions surprenantes, expression du visage ou de la nudité.

Un autre projet est un travail avec de grandes ouvertures du diaphragme, une abstraction du corps par le flou de profondeur de champ, une exploration des courbes par la construction de l’image et par le jeu des focales. Travail combiné à une approche du modèle comme objet organique brut, par l’enchevêtrement des membres, par les torsions et les modifications des axes corporels. Un travail d’autant plus intéressant qu’il est réalisé par des modèles plus ou moins souples, et de morphologies très diverses.